Vous recherchez
dans l'annuaire de l'hĂ´pital
  • Un professionnel de santĂ©
  • Une offre de soins
  • Un pĂ´le
Ok
OK
Agrandir la taille du texte Revenir Ă  la taille initiale Version imprimable Envoyer Ă  un ami

Actualités

Publié le 04/05/2018

LA DELOCALISATION

Où en sommes-nous ?

La nouvelle directrice de l’ARS, Valérie DENUX Denux, La nouvelle directrice de l’ARS, a présenté le jeudi 29 mars 2018 une proposition de plan de réorganisation pour le nettoyage du site du Centre Hospitalier Universitaire de la Guadeloupe.

Ce plan prenait en compte deux hypothèses :
la délocalisation partielle ou la délocalisation totale du CHU


Dans les cas deux, le CHU de la Guadeloupe sera délocalisé en deux phases.

La première phase : La tour Nord

A la suite de la réunion interministérielle, la phase 1 qui consiste à vider totalement la tour nord est confirmée. Ce plan d'action de réorganisation du CHU prévoit en premier lieu une délocalisation des services de la tour nord de façon progressive, jusqu'au mois de juin.

La tour inoccupée sera nettoyée et décontaminée en profondeur.

Les services à transférer seront hébergés à la Tour Sud, à la clinique de Choisy (au Gosier) ou au nouveau centre gérontologique de Palais Royal (Abymes).

La médecine B est installée au Domaine de Choisy.

La médecine C à été transferé à Palais Royal et les consultations externes d’endocrinologie y sont opérationnelles depuis le  23 avril 2018.

En mai, le court séjour gériatrique et les post-urgences quitteront aussi la tour Nord.
Puis en Juin, les services restants (Pneumologie, Oncologie, Néphrologie, hémodialyse …) suivront.

Une partie de la tour sud (services de pédiatrie, urgences pédiatriques, chirurgie infantile, néonatalogie et réa – néonatalogie) est aussi concernée avec la création d’un Pôle mère-enfant à la Polyclinique, aux Abymes.

La deuxième phase : Délocalisation totale ou partielle ?

Dans la phase 2, trois scénarii ont été évoqués :
  • Le scénario de la sortie rapide et immédiate est définitivement écarté en raison des risques sanitaires pour la population et du manque de structures pour accueillir un pôle « soins critique » et gérer le flux de patients.
Pour choisir entre les 2 autres options, une étude complémentaire a été demandée par le gouvernement notamment pour la faisabilité d’une installation d’unités de soins modulaires de modules sur le site de Palais Royal. Les résultats de cette étude seront communiqués début juin.
  • La délocalisation partielle : Dans le cas du choix de décontamination par zone, 18 mois seront nécessaires pour nettoyer et décontaminer décontaminés les bâtiments.
  • La délocalisation totale : 18 mois d’attente, aussi, seront requis sera requise pour la construction de modules sur le site de Palais Royal.

Ces 2 options nécessiteront un temps de transition long qu’il faudra (18 mois) qu’il sera nécessaire d’optimiser au aux mieux pour adapter les  prises en charge et améliorer les conditions de travail des personnels de certains services.

Ainsi, dans ce laps de temps, des « lits chauds » (lits de soins critiques) seront installés dans la tour Sud. Les urgences seront réorganisées aussi pour supprimer la tente dans le parking de la maternité qui accueille l’UHCD. Les autres services de la tour Sud resteront dans la tour sud en attendant.